Ouverture du Blog

Blog Yoga "Gouttes de Nectar"

Bienvenue sur le Blog Yoga « Gouttes de Nectar » !

Vous pourrez y lire des articles sur le Yoga, le bien-être, la santé, la spiritualité… Des perles de sagesse ! Des gouttes de nectar…

Dans le cours du temps et au fur et à mesure de la rédaction des articles de ce blog, vous y trouverez tout sur le Yoga !

Faites défiler les rubriques dans la barre latérale et choisissez les articles qui vous plaisent.

N’hésitez pas à les partager !

Nous vous souhaitons une très bonne lecture !

La Villa Ataeva : un lieu splendide sur la Côte d’Azur

Ataeva : c’est le nom du lieu paradisiaque qui accueille nos séjours Yoga à la Mer et nos formations Intensive Teacher Training 200 h !

La Villa Ataeva est située au Rayol-Canadel-sur-Mer, un village entre le Lavandou et Cavalaire. On peut voir dans cette partie de la côte méditerranéenne une végétation luxuriante et diversifiée. Le Rayol est connu pour la tranquilité de ses plages et la beauté de ses paysages. Il l’est aussi pour son fameux parc botanique, « le Jardin des Méditerranées ».

Cliquez ici pour voir des images du Rayol-Canadel, de son domaine et de ses plages

Avec sa vue imprenable sur la baie du Rayol et les îles d’Hyères, située à 15 mn à pied de la première des nombreuses plages de la région, la Villa Ataeva nous accueille dans un cadre magnifique, avec une vue à 180 degrés sur la mer. Idéal pour la pratique du Yoga !

Une partie de la vue sur la baie du Rayol (avec les îles d’Hyères) depuis la Villa Ataeva

Composition de la Villa Ataeva

La Villa Ataeva comporte une salle de pratique intérieure et un plancher à l’extérieur avec de l’ombre, 3 chambres (chambres partagées, 2 personnes par chambre), 2 salles de bains, 2 cuisines, une grande véranda, un tipi et une tente berbère montés l’été et 2 espaces les tentes individuelles.

Voici quelques images de la Villa Ataeva.

Vue depuis la véranda de la Villa Ataeva
Le salon, qui sert aussi de salle de pratique
Les 3 chambres principales, avec les 2 salles de bains attenantes
Le tipi, avec vue sur le parquet de pratique extérieur
A l’intérieur de la tente berbère
Coucher de soleil sur la mer – Vue depuis la Villa Ataeva avec à droite, le parquet de pratique extérieure, qui vous attends …

Quelques images du Rayol-Canadel-sur-Mer

Le lieu d’accueil de nos séjours Yoga à la Mer et de nos formations Intensive Teacher Training 200 h se situe au Rayol-Canadel.

Le Rayol-Canadel est un village côtier situé entre le Lavandou et Cavalaire-sur-Mer. On peut voir dans cette partie de la côte méditerranéenne une végétation luxuriante et diversifiée. Le Rayol est connu pour la tranquilité de ses plages et la beauté de ses paysages. Il l’est aussi pour son fameux parc botanique, « le Jardin des Méditerranées ».

Juste pour le plaisir des yeux, voici quelques images du Rayol-Canadel-sur-Mer, de son jardin botanique, de ses plages et aussi des plages avoisinantes…

La descente vers la plage du Rayol depuis la Villa Ataeva

Yoga (origine et prononciation)

Dans cet article, vous allez découvrir l’origine et la prononciation exacte du mot yoga.

Dans la même catégorie, un autre article traite de la définition du mot yoga, avec ses différentes significations possibles.

YOGA (sanskrit et phonétique)

Origine et prononciation exacte du mot yoga

Le mot yoga vient d’Inde ; son origine est sanskrite. Ce mot semble avoir été adopté et employé dans la plupart des langues depuis la popularisation de la pratique du Yoga. Dans notre pays comme à peu près partout ailleurs qu’en Inde, il est courant de le prononcer tel qu’on le voit écrit : Y-O-G-A. Toutefois, ce n’est pas la prononciation exacte de ce mot en sanskrit.

Voyelles longues et courtes

En sanskrit il y existe deux types de voyelles : les voyelles longues, et les voyelles courtes. Par exemple, le a « long » (आ) se prononce tout simplement comme le a français, comme dans amour, quand le a « court » (अ) se prononce entre a et e (eu, pas é), comme dans le français beurre, ou l’anglais butter.

Le A « court » en alphabet Devanagari (l’écriture du sanskrit)

Un a final « muet »

Particulièrement, le a court final – c’est-à-dire lorsqu’il termine le mot, comme à la fin du mot yoga – est « muet ». En réalité, il s’agit juste du « souffle » final qui permet de prononcer la consonne entièrement. Accompagné de la voix, ce léger souffle se manifeste déjà comme une voyelle, un principe vocal. En fait, quelle que soit la langue, pour prononcer une consonne – comme par exemple la labiale P ou la gutturale G -, à la fin de l’émission sonore il est nécessaire de relâcher la touche (qui donne sa spécificité à la consonne) et de laisser un léger souffle passer. Autrement, si nous prenons l’exemple du P, les lèvres resteraient collées et le son ne pourrait pas sortir…

Pas de consonnes sans voyelles

Avec la libération du souffle qui l’accompagne automatiquement, le relâchement de la touche consonante permet l’émission du son de la consonne ; sans ce relâchement et cette libération vocale, la consonne ne peut tout simplement pas être émise. Essayez par vous-même de prononcer une consonne seule, une consonne franche de préférence, comme le G, le B ou le P. Cette observation propose une belle méditation en soi. La consonne franche implique toujours le principe vocal ; elle nécessite toujours une voyelle a minima pour pouvoir être émise.

Tenant compte de cette observation, le sanskrit admet cette voyelle par défaut, correspondant à un a court, terminant chaque consonne. Par exemple, la consonne G (notre « gé ») prise seule se prononce ga (avec un a court, juste un souffle vocalisé, qui n’est ni un a ni un e…), et non « gé – qui est la manière française de nommer la lettre (et non de la prononcer). Pour ce qui est du sanskrit, la consonne G est tout simplement nommée Ga, exactement comme on la prononce par défaut. Il en va de même pour toutes les consonnes, comme le B (Ba), le D (Da), le K (Ka), etc.

Pour résumer

Dans le mot sanskrit yoga (योग), on ne marque pas le a à l’écrit, car il est « muet ». Il s’agit là non d’un a franc (dit « long »), mais d’un « a court », qui ne se prononce pas franchement, comme un a latin ou français ; le son de ce a se situe entre le a et le e français. Il se trouve à peine émis dans la libération naturelle du souffle à la fin du mot.

Note finale

Comme cela vient d’être dit, à moins qu’il ne commence le mot, le a court sanskrit n’est pas noté à l’écrit ; mais il est sous-entendu. En effet, il est présent par défaut, naturellement impliqué dans le principe consonant, et suivant toujours la consonne finale du mot. C’est la raison pour laquelle on continue à translittérer yoga (avec un a écrit) le mot योग (dans lequel il n’est pas écrit, mais sous-entendu). On pourrait aussi bien translittérer yog ; cela ne changerait rien à la prononciation réelle. C’est pourquoi en Inde, le mot yoga se prononce yog (le y se prononce ici entre dy et dj, donc yoga se prononce plutôt djog), et non yoga comme on le prononce dans le style français, avec un a franc et marqué.

Voilà, vous savez quelle est l’origine et la véritable prononciation du mot yoga ! Merci pour votre interet. Vous pouvez également consulter l’article traitant de la définition du mot yoga, avec ses différentes significations possibles.

EO : Brève description

L’Embryon d’Or : Brève description.

L’Embryon d’Or est d’une méthode de régénération intégrale basée sur les principes de l’alchimie interne. Développée par Omael dans la perspective du Yoga Intégral, cette pratique de la Présence non-duelle est une forme de Yoga/Qi Gong simple d’accès et pourtant particulièrement efficace. Entre autres choses, elle permet d’intégrer le dynamisme de la vie quotidienne dans la « contemplaction » : la contemplation en action.

La méthode de l’EO comprends :

● Une méditation fondamentale en quatre étapes, comprenant visualisations, mantras et mudras

● Des postures et des marches spécifiques, accompagnées de l’application de « points-clés » (sceaux énergétiques) et de mouvements lents. Ces derniers permettent de se familiariser avec l’énergie qui s’éveille et circule, tout en se relaxant dans la contemplation de notre nature essentielle. Simple, naturel et puissant !

Ouverture de la rubrique EO

La présente rubrique est donc consacrée à l’Embryon d’Or et à l’Alchimie interne ; vous y trouverez des éléments théoriques et pratiques incontournables, ainsi qu’un lexique spécifique à cette méthode. Bien entendu, si vous désirez aller plus loin et pratiquer la méthode de l’EO, nous vous invitons à découvrir cette dernière lors de nos stages.

Il existe également un site internet et une page FB dédiée à l’EO.

Bienvenue, et bonne lecture !

Bhakti Yoga : le Yoga de la Dévotion

Offrir la feur de la dévotion

Le mot sanskrit Bhakti signifie dévotion. Dans le sens commun du terme, le mot dévotion laisse entendre une sorte d’adoration à une entité extérieure. Dans ce cas il ne peut s’agir du Divin, car le Divin n’est ni extérieur ni intérieur : par définition, le Divin transcende ces catégories dualistes. C’est pourquoi dans le contexte du Yoga, le mot dévotion peint une forte aspiration à réaliser notre nature véritable, « divine » car transcendantale, c’est-à-dire non soumise à la dualité apparente. Il est très important de se rappeler cela, autrement on risquerait de prendre pour de la dévotion ce qui s’avère être de la simple idolâtrie, et en guise de divine reliance, notre pratique yoguique ne ferait que soutenir les fantasmagories mentales et sentimentales propre à l’ignorance dualiste.

Le Bhakti Yoga est donc le Yoga de la Dévotion, et comme le Yoga, la dévotion peut prendre plusieurs formes ; à commencer par la reconnaissance et la gratitude qu’on peut très naturellement éprouver pour la Vie elle-même… Cette reconnaissance toute spontanée et naturelle est bien entendue nourrie par la pratique du Yoga, quelle que soit la forme qu’on pratique. En fait, le Bhakti Yoga consiste principalement à cultiver cette reconnaissance et cette gratitude naturelles ; ces dernières deviennent effectivement de la dévotion lorsqu’on accorde ainsi un soin particulier à les développer, en laissant le Divin orienter notre cœur (c’est-à-dire, dans la contemplation de notre nature essentielle et non-duelle), non seulement dans notre pratique formelle du Yoga, quelle que soit cette dernière, mais aussi en favorisant cette reconnaissance dans les pensées, paroles et gestes de la vie quotidienne.

Ainsi, comme le Yoga, la dévotion peut prendre toutes les formes, tout simplement parce que le Divin les assume toutes. N’est-il pas affirmé par les sages d’Orient et d’Occident, que dans son immanence le Divin – notre nature primordialement non-duelle – assume toutes les formes de la vaste création pour mieux les transcender ? Eh bien, le Bhakti Yoga est la voie qui mène à la reconnaissance et à la réalisation de cette vérité inconditionnelle, de laquelle jaillissent gratitude, amour, bonheur et joie véritables.

En principe, toutes les formes de Yoga devraient être accomplies avec dévotion, ne serait-ce que celle qu’il convient de ressentir pour la pratique elle-même, quelle que soit la méthode spécifique qu’on suive ; autrement, on ne peut véritablement parler de discipline.

Après avoir commencé à éprouver les premiers bienfaits du Yoga, il est tout naturel de ressentir une certaine dévotion pour la pratique elle-même. Sans cette dévotion minimum, il est impossible de réaliser le but du Yoga, la raison principale étant que sans une aspiration authentique et puissante, il est tout simplement impossible de s’engager dans une véritable discipline yoguique. En effet, sans l’engagement que confère une telle aspiration, la pratique ne peut connaître la régularité et la continuité nécessaires à la réalisation du Fruit. Et si ce fruit ne se manifeste pas comme une dévotion vivante et une foi à toute épreuve, alors la réalisation est immature : ce n’est pas véritablement le Fruit du Yoga…